Conseil National des
Chargeurs du Cameroun

Historique

S’il est un domaine de l’activité économique où les pays en voie de développement sont restés longtemps écartés, c’est le domaine des transports maritimes qui constituent de manière générale une source de devises appréciables pour les économies des pays. Selon une estimation généralement admise, les flux de marchandises en circulation sur mer représentent les trois quarts du commerce international à l’échelle planétaire. Ce qui situe clairement la portée des enjeux et permet de comprendre la réaction des pays en développement qui revendiquent leur part de marché en participant effectivement et équitablement au transport par mer.

En 1972, lors de la 3ème Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED), le groupe des « 77» va recommander aux pays en voie de développement de créer d’une part des Armements pour pouvoir participer au transport maritime de leurs produits et, d’autre part, des Conseils Nationaux de chargeurs pour négocier les taux de fret et contrôler leur application.

Dans le cadre du suivi des recommandations de la CNUCED, naîtra la Conférence Ministérielle des Etats de l’Afrique de l’Ouest et du Centre sur les transports maritimes (CMEAOC) dont la charte fixe les grandes lignes de la politique maritime sous régionale, à savoir entre autres :

  • La création et le développement des flottes marchandes de la sous- région afin d’accroître sa participation au transport de son commerce extérieur ;
  • L’invitation à la création des conseils nationaux des chargeurs.

Fort de ces recommandations, le Gouvernement du Cameroun optait résolument pour la promotion et la maîtrise des transports maritimes. C’est ainsi qu’ont été créés :

  • En 1974 l’armement national CAMSHIPLINES par la loi 74/19 du 5 décembre 1974 ;
  • En 1975 le Conseil National des Chargeurs du Cameroun (CNCC) ;
  • En 1984 la Société Nationale de Transport et Transit en abrégé CAMTAINER.

Le CNCC a été chargé par le Gouvernement des missions suivantes :

  • La négociation des taux de fret avec les conférences maritimes et autres compagnies desservant le Cameroun ;
  • La répartition du trafic entre l’armement camerounais et les autres compagnies de transport maritime ;
  • La promotion du secteur maritime.

Progressivement, l’environnement économique a changé et les transports maritimes ont connu de profondes mutations technologiques et structurelles. La mondialisation de l’économie et la libéralisation des services sont devenues des contraintes dans la mise en place de nouvelles stratégies de développement économique et social.

Parallèlement, la participation des conseils des chargeurs de la sous- région à différentes rencontres internationales sur les transports maritimes leur a fait ressentir la nécessité d’une réforme afin de mieux adapter leurs missions, de diversifier leurs activités et de renforcer leur capacité d’intervention dans l’intérêt des chargeurs. C’est dans ce contexte que survient la réorganisation du CNCC à travers le décret N° 98/311 du 9 décembre 1998.

Notre vision

Notre vision est d'amener chaque chargeur à effectuer des opérations d'importation et d'exportation de manière rapide, fluide quelque soit le mode de transport choisi et à un coût optimal.

Notre mission globale

Contribuer à améliorer la compétitivité des chargeurs et protéger au mieux leurs intérêts sur toute le chaine multimodale des transports afin qu'ils soient en mesure de répondre efficacement aux défis et exigences du commerce international.