CONSEIL NATIONAL DES
CHARGEURS DU CAMEROUN

Le ministre des Petites et moyennes entreprises a présidé la cérémonie de restitution des résultats de quatre études menées par son administration hier à Yaoundé.

 

Les résultats de quatre études menées sous la coordination du ministère des Petites et moyennes entreprises, de l'Economie sociale et de l'Artisanat (Minpmeesa) ont été présentés hier 06 septembre à Yaoundé. C'était au cours d'une cérémonie à laquelle ont pris part quelques membres du gouvernement et le président du Groupement inter-patronal du Cameroun. Ces études portaient sur la structuration des Pmeesa du secteur de l'agro-industrie, la structuration des filières coton-textile-cuir; la mise en place du projet d'appui à l'insertion des Pmeesa de la transformation du bois dans les chaînes de valeur locales et la mise en place du plan «Train my generation ».

 

En gros, elles se sont appesanties sur le développement des filières compétitives et porteuses de croissance et d'emplois pour le Cameroun. « L'objectif global est d'orienter les actions spécifiques visant à réaliser le mix import-substitution et de promouvoir les exportations pour le développement des filières ciblées ». explique-t-on au Minpmeesa.

 

L'étude sur la filière agro-industrie a permis de relever qu'il est nécessaire de moderniser et structurer l'appareil de production, développer et consolider des infrastructures, renforcer les capacités commerciales et développer les partenariats mais aussi développer et renforcer les institutions d'appui au secteur privé. « Un profilage des produits agroindustriels à forte valeur ajoutée dont le Cameroun a l'avantage comparatif a été effectué en vue de faciliter l'identification des actions prioritaires à mettre en œuvre par le gouvernement pour approvisionner les marchés locaux et sous-régionaux en produits camerounais et compétitifs », détaille le rapport.

 

Les principales filières prioritaires dans ce cadre sont le cacao-café, l'huile de palme, le sucre, le riz, le maïs, la banane-plantain, le poisson, le lait et la viande. Pour la branche coton-textile-confection, quatre axes opérationnels ont été identifiés pour la relance. On parle de la structuration et l'organisation de la production du coton au Cameroun, le renforcement du dispositif d'égrenage du coton, le renforcement du dispositif de transformation de la fibre du coton en tissu et l'industrialisation de la confection textile et la professionnalisation de sa commercialisation.

 

 Pour la branche industrie du cuir et de la confection des chaussures, il est recommandé d'améliorer l'enlèvement des peaux, organiser et structurer la collecte et le stockage des peaux, renforcer le dispositif de traitement de la peau pour la transformer en cuir de grande qualité et industrialiser la confection des articles à base de cuir. Montant de la facture pour ce chantier: 161,399 milliards de F sur une période de trois ans.

 

A côté de cela, deux axes majeurs devront renforcer la filière bois : le développement des plantations forestières et le renforcement des industries de transformation du bois. Et comme tout ceci ne peut se faire sans formation professionnelle adéquate, le programme « Train my generation » se positionne comme cet outil gouvernemental de renforcement de capacités et de certification technique des travailleurs du secteur de l'informel,

 

Source : Cameroon Tribune No. 12678

Agenda