CONSEIL NATIONAL DES
CHARGEURS DU CAMEROUN

Après l’espace maritime, le Port autonome de Douala (PAD) annonce l’enlèvement des conteneurs, épaves d’engins, véhicules, matériel de manutention, tuyaux métalliques et autres rebuts abandonnés dans l’enceinte portuaire. Objectif : gagner un espace de stockage plus supplémentaire.

 

Pour ce faire, le PAD donne aux propriétaires de tous ces rebuts jusqu’au 12 juillet 2022 pour débarrasser eux-mêmes la place portuaire. Passé ledit délai, prévient son DG, Cyrus Ngo’o, l’entreprise publique s’en chargera elle-même.

 

Cette opération a commencé dans la partie maritime en 2018. Des dizaines d’épaves, qui jonchaient les quais, les plans d’eau et les darses, avaient été enlevées. Selon Cyrus Ngo'o, cette opération a libéré plusieurs quais et changé le visage du port de Douala-Bonabéri. À en croire le DG du PAD, l’accumulation des épaves de navires pendant plus de trois décennies a affecté 30% de l’exploitation portuaire, en termes de sécurité à la navigation, de capacité d’accueil et de mise en œuvre des services divers.

 

L’opération avait été menée à l’époque par l’entreprise italienne Bonifacio pour un coût de 4,7 milliards de FCFA. Les travaux prévoyaient la récupération des épaves, leur dépeçage, le tri des matériaux qui les composent et la récupération de la ferraille pour la revente.

 

Source : Investir au Cameroun

Agenda