CONSEIL NATIONAL DES
CHARGEURS DU CAMEROUN

Dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie nationale de développement 2020-2030, le gouvernement a opté pour l'octroi d'incitations et de facilités au secteur privé dans le but de renforcer la production locale et de rendre l'économie plus compétitive. En ce qui concerne la fabrication mécanique et la maintenance industrielle, le gouvernement a l'intention de rendre les acteurs du secteur autonomes afin de développer la technologie nécessaire, comme le prescrit la SND30. C'est donc sur cette base que le ministère de l'Économie, de la Planification et de l'Aménagement du territoire (MINEPAT) a élaboré un plan visant à orienter le soutien du gouvernement aux entreprises du secteur.

 

Le document examiné lors d'une récente séance de travail à Yaoundé sous la direction du chef de la division de l'analyse et des politiques économiques au ministère de l'Economie, Fritsh Paulin Mendo, est articulé autour de quatre axes majeurs : l'organisation et la structuration du secteur, le renforcement des capacités de production des entreprises du secteur, le développement des ressources humaines et des institutions de normalisation du secteur ainsi que l'accroissement de la visibilité des produits locaux du secteur à travers la publicité et la vulgarisation des produits.

 

Prenant la parole lors de la séance de travail, le chef de la division des analyses et des politiques économiques du MlNEPAT a noté que le contexte mondial actuel marqué par une flambée des prix des matières premières vient rendre ce plan encore plus urgent. Selon lui, ce plan permettra de poser les jalons d'une industrie plus performante et organisée et servira de levier à la transformation structurelle de l'économie telle qu'inscrite dans la SND30. En effet, l'État accorde des facilités au secteur privé pour dynamiser la transformation des matières premières pour la consommation locale. Le plan prévoit de stimuler la production de machines et de pièces de rechange afin de faciliter la transformation locale et de limiter les importations de pièces de rechange mécaniques ou d'articles transformés.

 

Source : Cameroon Business Today, N° 258

Agenda